La syntaxe de la violence, entre Hegel et Marx